Bodenblog

25 septembre 2017 - Boden Mag

Mission WOSTEP

L’industrie horlogère produit chaque année plus de pièces à complications que d’horlogers aptes à les maintenir en état de marche. Répondre aux besoins de l’industrie suisse en formation horlogère à l’échelle mondiale, est la mission historique du Centre suisse de formation et perfectionnement horloger WOSTEP. Fondé en 1966 sous l’impulsion de la fédération horlogère et de Ebauche (aujourd’hui ETA), il est établi à Neuchâtel et dispense son enseignement à travers le monde.

Genèse

À sa création, le WOSTEP (Watchmakers of Switzerland Training and Educational Program) ciblait surtout le service après-vente aux Etats Unis. Les cours de perfectionnement accueillirent bientôt un nombre croissant d’horlogers étrangers souhaitant assurer un service de qualité pour les garde-temps suisses.

La crise horlogère des années 70-80 oblige alors l’industrie à réduire les dépenses, entre autres celles liées à la communication et à la formation. La Fédération se voit contrainte de fermer les 23 centres qu’elle gérait.

Dans les années 80, la survie du WOSTEP est en jeu et constitue une préoccupation majeure pour la FH et les membres. Cet institut de formation a été une des innombrables victimes collatérales de la crise du Quartz, et ce malgré des prises de position courageuses pour son maintien, comme celle de Roland Frêne, qui deviendra par la suite Président du WOSTEP, ou encore celle de Roland Carrera, journaliste à l’Hebdo dont les mots résonnent encore dans les murs de l’institution.

La renaissance

Avec le redressement de l’industrie, le centre s’est remis en selle et s’est donné comme mission principale de rasseoir et développer les compétences mécaniques des horlogers ébranlées par la crise.

Petit à petit, les marques stabilisent leur activité et commencent à s’intéresser à nouveau aux problématiques liées à la formation. En 1987, 23 maisons s’associent avec le WOSTEP, sous la présidence de M.Roland Frêne, afin de créer l’association du même nom. Cette entité proposera des cours de perfectionnement à destination des praticiens du monde entier, renforçant encore la formation afin d’assurer la pérennité du métier d’horloger.

En 2006, l’association WOSTEP devient une fondation. Ses programmes de formation, reconnus dans le monde entier, couvrent un large éventail de compétences, tout en s’imposant comme des standards de qualité. Horlogers rhabilleurs, formateurs et, plus récemment, polisseurs horlogers suivent les programmes standardisés, afin de répondre aux besoins de l’industrie et d’assurer le maintien d’un service clientèle de première qualité.

Le WOSTEP signe des partenariats avec des écoles sélectionnées à travers le monde. De nouveaux programmes sont élaborés avec les professionnels de l’industrie comme le programme 3’000 heures, formation certifiée, reconnue par la Convention Patronale et le SEFRI et équivalente au fameux certificat fédéral (CFC) en 4 ans. Les cours sont dispensés en plusieurs langues dont l’anglais, le français et l’italien.

Ce sont aujourd’hui 14 écoles partenaires, totalisant environ 350 élèves, qui suivent les standards de formation définis par le WOSTEP, en proposant les formations 3’000 heures et 1’800 heures.

Pour dispenser des cours, il faut plus qu’une base théorique solide, il faut des formateurs, du matériel, des infrastructures, de l’outillage : bref des moyens conséquents.

Aujourd’hui, la Fondation WOSTEP peut mener à bien ses missions et continuer son développement grâce au soutien actif des marques. L’innovation et la création sont sans limites et la fondation poursuit sans relâche ses missions afin de former les personnes qualifiées qui relèveront les défis de demain.

La gamme WOSTEP-Bodenmann

L’aménagement des nouvelles salles de cours a donné lieu à de nombreuses interrogations ultra-concrètes. De combien de centimètres carrés a réellement besoin un horloger ? Quelle est la place du formateur, devant, derrière, assis ? Faut-il des classes de 6 ou de 12 élèves ?

Pour s’adapter aux évolutions de l’horlogerie, le directeur fait le choix d’une infrastructure différente de ce qu’il se faisait jusqu’à lors. Tous les critères sont pris en comptes, même les plus anecdotiques. En cela, le soutien et la compréhension des équipes Bodenmann pour le choix des établis furent décisifs. Une incroyable réflexion a été entreprise pour fabriquer des établis qui permettent une optimisation parfaite des gestes. On est même allé jusqu’à chronométrer le temps nécessaire à ranger et nettoyer les places de travail !

Même sur ce sujet précis, les établis Bodenmann, réputés également pour leur longévité, remportent la partie haut la main. Les gains de productivité cumulés donnent le vertige ! La première infrastructure WOSTEP entièrement équipée avec ces établis fut celle de Manchester en 2006. D’autres écoles partenaires à travers le monde suivront.

Grâce à ces équipements, le volume d’heures enseignées et le nombre de pièces produites s’est envolé. L’idée est donc venue aux deux entités d’approfondir cette collaboration en travaillant à la création d’une gamme d’établis dits d’enseignement. Cinq modèles sont actuellement en préparation dont un avec écran intégré. Cette gamme se veut évolutive, afin de répondre aux besoins futurs tout en intégrant les nouvelles technologies. Elle proposera des établis dynamiques qui s’adapteront aux différentes étapes de la formation.