Bodenblog

30 septembre 2015 - Divers

Destination MEG

C’est dans le délicieux quartier des bains, le Soho de Genève – dixit le New York Times – que je me retrouve nez à nez avec une grande façade métallique tranchée en polygones réguliers, et ponctuée par des losanges de lumières.

Vision futuriste qui contraste avec le front adjacent, entièrement à nu laissant découvrir un bloc de béton armé, comme pour redonner de l’humilité à la majesté de l’édifice.

Surplombant la porte d’entrée tout en miroir, je retrouve le métal ; et pénètre dans un sas entièrement couvert de glace. Ainsi, la première image offerte est celle de mon propre reflet, cela fait sens ; car c’est bien à la rencontre de notre espèce que je vais. « C’est de l’homme dont j’ai à parler » disait Rousseau, père de l’ethnographie selon Levi-Strauss.

L’accueil est fidèle à ce qu’annonce la devanture. A ma gauche, un charmant café où on peut bruncher en toute quiétée, et à ma droite un somptueux desk contemporain signé Bodenmann, digne des plus beaux boutique-hotels, L’hôtesse qui s’y tient est prête à me tendre ma carte d’embarquement pour ce voyage dans notre passé collectif.

Je descends donc les impressionnantes marches blanches conduisant à une vaste pièce lumineuse. Subtilement cachés dans son encoignure, d’élégants casiers à l’intérieur desquels je peux me délivrer de tout ce qui est superflu, en l’occurence ma sacoche et mon manteau.
C’est léger, que je m’enfonce un étage plus bas. Le blanc laisse la place à l’obscurité qui appelle au silence et à la contemplation. La collection du musée, aussi riche que variée, trône dans une grande chambre noire ; et c’est un captivant périple à travers les civilisations du monde qui s’offre au regard.

Remonté à la surface empli d’émerveillement, je pars m’aventurer dans la bibliothèque du musée qui se trouve à l’étage, au zénith du bâtiment. Tout est géométrique et la lumière est omniprésente. On pourrait se croire quelque part chez Kubrick dans 2001. Soigneusement rangés au centre de la nef, variétés d’ouvrages parmi lesquels je vais me perdre pour en apprendre plus sur l’art pictural africain.

Genève, ville à la croisée des peuples peut être fière : elle s’est parée d’un auguste Musée de l’Ethnographie accueillant, surprenant et intemporel.