Bodenblog

11 novembre 2019 - Vallée de Joux

Les Chants de la Vallée de Joux

Qui l’eût cru ? Dans la Vallée de Joux, un endroit bien isolé, ce pays de loups où peu osent s’aventurer sur les cols enneigés, on dénombre pas moins de 180 sociétés. Comment un bassin de 6’000 habitants peut-il s’enorgueillir d’avoir autant de sociétés actives, le plaçant au niveau des plus grandes capitales européennes ?

 

Louable Société de musique du Chenit

La première société combière voit le jour en 1721, avec la fondation d’une Société Saint-Jacques du Chenit, suivie quelques années plus tard par l’Abbaye des Grenadiers des Bioux, se réunissant toutes autour du même motif : la défense de la personne et du patrimoine. Il a fallu attendre 1779 aux Bioux, puis 1780 au Sentier, pour voir apparaître la première société de chant, La Louable Société de musique du Chenit. Le ministre de l’époque (le pasteur), dans le dessein d’étudier les psaumes et de les faire exécuter « à quatre temps et en mesure », réunit un groupe de « chantres » (chanteurs).

Un peu plus tard, un ensemble de quatre trompettes se joint aux choristes pour soutenir le chant. L’introduction de l’harmonium rend peu à peu superflue la prestation de ces chanteurs et, à la fin du printemps de l’année 1840, la société se scinde en deux : Chant-Sacré du Brassus et Chant-Sacré du Sentier. La même année, l’Union Instrumentale du Brassus voit le jour, suivie en 1849, dans le même village, de la Chorale.

La fin du siècle voit fleurir les sociétés, associations et autres groupements, qu’ils soient musicaux, culturels ou sportifs. Nous avons choisi de présenter deux sociétés phares de la Vallée de Joux, très actives aujourd’hui.

 

Chorale du Brassus

La Chorale du Brassus est un chœur d’hommes fondé en 1849. Cet ensemble de 40 chanteurs aborde tous les genres de la musique chantée par des voix masculines : chants grégoriens, messes et motets de la Renaissance, grands chœurs romantiques, partitions contemporaines, musiques populaires du pays et d’ailleurs, chœurs d’opéras.

Associée aux Chœur Pro Arte et au chœur de chambre romand, qui furent également dirigés par André Charlet, la Chorale du Brassus a eu le grand privilège de chanter dès 1955 plusieurs œuvres avec l’Orchestre de la Suisse romande sous la direction de chefs réputés tels qu’Ernest Ansermet, Igor Markevitch, Wolf-gang Sawallisch, Horst Stein et Armin Jordan.

La Chorale du Brassus a une intense activité de concerts en Suisse romande, en France voisine et parfois dans des pays plus éloignés. Elle a notamment participé au Cycle de musique sacrée du Festival d’Avignon en interprétant la Messe No 2 pour chœur d’hommes et orgue de Charles Gounod et, en 1995, elle fut le seul chœur amateur invité au Festival de Hong Kong. En 2018, l’ensemble organise les Rencontres internationales de chœurs d’hommes à la Vallée de Joux.

Dirigé par des hommes jusqu’en 2015, c’est sous la baguette de Stanislava Nankova que le chœur d’homme se produit. Outre la Chorale du Brassus, dont elle a pris la direction en septembre 2015, la musicienne dirige deux autres chœurs : le Liederkranz-Concordia, au répertoire lyrique, et le Chœur de la Madeleine, au répertoire d’œuvres sacrées. Sous sa houlette, des Suisses alémaniques, des Italiens et… des Combiers ! Comment comprendre qu’une musicienne au parcours si riche trouve du plaisir à travailler avec des chanteurs amateurs ? Stanislava Nankova a son avis :

« Le travail avec les amateurs est beaucoup plus gratifiant qu’avec les pros, Il conduit à un échange émotionnel d’une autre nature ! »

 

La Chorale du Brassus lors de son concert au Temple du Brassus en 2019

La Chorale du Brassus lors de son concert au Temple du Brassus en 2019

 

Chorale de L’Orient

A L’Orient, ce sont les pompiers du village qui eurent cette heureuse idée en 1881. Il avait suffi de se retrouver à l’Hôtel de la Poste après un exercice et de se mettre à chanter naturellement. Aujourd’hui, la Chorale de L’Orient a 137 ans d’existence et compte un effectif de 45 chanteurs qui se rassemblent toujours avec la même devise :

« Sans musique, sans chanson, que serait la vie ? »

Mais ce bel âge ne paraît pas devoir priver cet ensemble de vitalité, bien au contraire. Ses membres aux voix chaleureuses des gens du Jura vaudois ont compris que seul un travail assidu peut conduire au succès.

Ainsi, au cours des décennies, le répertoire s’est élargi et enrichi de pièces importantes, aux côtés de mélodies plus populaires, venant en direct de notre patrimoine. Ces différentes interprétations ont valu à la Chorale de L’Orient de se présenter de par le monde, soit en Autriche, en Allemagne, en Espagne, en France, en Belgique, au Canada et en Sardaigne !

Membre de la Société cantonale des chanteurs vaudois depuis sa création, la Chorale de L’Orient a eu l’honneur de récolter de francs succès lors de concours, et de participer à divers concerts de gala lors de la fête quadriennale de cette grande communauté de choristes.

En 2014, la Chorale de L’Orient a participé avec un très grand plaisir et beaucoup d’engouement à la réalisation de Chronophage et la Vallée du temps. En 2018, elle participe à l’aventure de Dracula, buveur de sons, qui réunit sept sociétés locales. Actuellement, c’est sous la baguette de M. Bernard Meylan et celle de M. Lionel Desmeules que ce chœur se produit.

 

La Chorale de L'Orient en plein concert

La Chorale de L’Orient en plein concert