Michel Juriens, la décoration intérieure dans les gènes

Dans un édifice datant de 1905 situé dans le village du Brassus, à la Vallée de Joux, on trouve les ateliers de Michel Juriens, décorateur intérieur. Représentant la troisième génération de l’entreprise familiale, Michel suit les pas de son grand-père et compte bien perpétuer la tradition en passant plus tard le flambeau à son fils.

Dans un édifice datant de 1905 situé dans le village du Brassus, à la Vallée de Joux, on trouve les ateliers de Michel Juriens, décorateur intérieur. Représentant la troisième génération de l’entreprise familiale, Michel suit les pas de son grand-père et compte bien perpétuer la tradition en passant plus tard le flambeau à son fils.

 

De père en fils

C’est en 1957 qu’Armand Juriens, le grand-père de Michel, reprend l’entreprise de sellerie dans laquelle il travaillait depuis quelques années. A l’époque, l’essentiel de son travail était consacré aux chevaux et aux voitures, tout en réfectionnant ici et là quelques meubles. En 1983, son fils André prend les commandes de l’entreprise, qui se consacre majoritairement à la sellerie automobile, ayant l’armée suisse comme principal client. La tapisserie est toujours présente dans l’activité familiale. Branle-bas de combat au passage du millénaire : l’armée suisse décide de faire faire sa sellerie en Chine. La famille n’a d’autre choix que d’élargir son activité et s’oriente vers la décoration horlogère. Après un apprentissage de décoration intérieure à Bière et plus de 18 ans à travailler aux côtés de son père, Michel Juriens reprend l’établissement en 2017.

 

Michel

Quand on arrive dans son atelier, on trouve Michel penché sur une voiture de collection. Il est chargé de restaurer la capote endommagée par les années. On détecte immédiatement l’amour du travail bien fait chez lui. Chaque détail est minutieusement travaillé et la qualité de l’ouvrage est décelable au premier coup d’œil. C’est sûrement ce qu’a remarqué une importante manufacture horlogère du Brassus lorsqu’elle le choisit parmi une sélection internationale d’artisans pour refaire la vitrine de sa boutique genevoise. Le travail de Michel Juriens tape dans l’œil de hauts responsables et le voilà chargé de toutes les boutiques de la marque : de Dubaï à Paris, de Hong Kong à New York, il parcourt le monde entier pour prendre les cotes des vitrines. Mais son activité ne s’arrête pas là : décoration horlogère, réfection de meubles, garnissage et sellerie automobile, confection de rideaux et de bâches, de stores intérieurs/extérieurs, revêtements de sol, sans oublier les menus travaux ici et là. Au total, ce sont cinq employés qui se consacrent pleinement à l’ouvrage.

 

Échanges productifs

Une excellence qui n’a pas échappé à l’œil acéré de Bodenmann. Depuis une demi-douzaine d’années déjà, la collaboration entre le spécialiste de la manufacture du bois et le décorateur d’intérieur porte ses fruits. D’abord pour les établis uniques en leur genre, pour lesquels Michel Juriens perfectionne les accoudoirs en les rendant plus confortables, puis il habille de cuir certains halls d’entrée dont l’ébéniste a la charge. De son côté, l’artisan décorateur en appelle au savoir-faire de Bodenmann pour la fabrication et la production des panneaux nécessaires à la réfection de ces nombreuses vitrines parsemées dans le monde entier. Une coopération solide qui n’est pas près de s’arrêter, tant le décorateur tapissier met du cœur à l’ouvrage et ne compte pas son temps.

  • Un outil à la technologie sans cesse renouvelée

    La machine CNC permet à J. Bodenmann SA de faire des travaux plus complexes et avec une technicité toujours plus pointue.

  • DGM Veron Grauer partenaire de Bodenmann
    DGM, les super-héros du déménagement

    Vingt-deux ans déjà que l’entreprise familiale DGM Veron Grauer a fait du déménagement son credo et emballe ses clients — et leur vie. Garde-meubles, containers et camions jaunes sillonnant le canton sont le lot quotidien de la maison. Tout comme les aéroports de Hong Kong, de Sydney, du Koweït ou de New York. Pousser la […]

  • Réalisation d'un banc pour la ville de Coppet par J.Bodenmann
    C’est l’histoire d’un banc

    Incursion dans l’histoire d’un banc qui a pris ses quartiers sous les arches de la Grand-Rue à Coppet. D’un banc de bois qui reproduit à la perfection la présence de son successeur de béton. D’un banc imaginé par la designer Rebecca Yeager et qui a fait l’objet de toutes les attentions - esthétiques et fonctionnelles. […]