La Bouterolle : le bijou unique et émotionnel

Au centre du village du Pont, à la Vallée de Joux, il existe un endroit où une joaillière exerce ses talents. A la fois boutique et atelier, La Bouterolle est tout droit sortie de l’imagination de la créatrice de bijoux Maeva Reymond.

Au centre du village du Pont, à la Vallée de Joux, faisant face au lac et au coeur d’une promenade romantique, il existe un endroit où une joaillière exerce ses talents. A la fois boutique et atelier, La Bouterolle est tout droit sortie de l’imagination de la créatrice de bijoux Maeva Reymond.

Un art de vivre

Maeva Reymond est une enfant du pays. Issue de plusieurs générations de Combiers, la jeune artisane étudie pendant quatre ans la haute joaillerie à l’Ecole Technique de la Vallée de Joux, acquérant des techniques et un savoir-faire unique en bijouterie-joaillerie. Quelques voyages en Amérique du Nord plus tard, elle revient sur sa terre natale pour s’y installer et entrer de plain-pied dans la vie active.

Etre son propre patron et faire de sa passion son métier, c’est en 2013 que Maeva Reymond saute le pas. Avec l’aide précieuse de sa famille, la jeune trentenaire transforme une ancienne charcuterie en un charmant petit atelier, décorant murs et vitrine à son image : chaleureux, accueillants et colorés.

Maeva Reymond la créatrice de La Bouterolle

La passion au bout des mains

Dans ce lieu unique, la jeune artisane imagine, propose et élabore, bouterolle et autres outils de précision à la main, ce que les futurs propriétaires de ses créations ont commandé. Avec Maeva Reymond, on a le choix pour chaque détail de la pièce : une plaque d’or (gris, jaune, rose) ou d’argent pour les bases ; des structures griffées, polies, martelées, piquées, réticulées ou satinées pour les états de surface ; de l’or noir, du ruthénium ou de l’oxydation artificielle pour les revêtements de surface ; des pierres précieuses ou semi-précieuses, des roches volcaniques, des galets pour les minéraux ; des perles, du corail, de la nacre ou de l’ambre pour les gemmes organiques… On peut aussi marier les bases avec du bois noble, du cuir ou encore de la corne… l’imagination est la seule limite.

 

Pièces uniques

Bien que la jeune artiste renouvelle régulièrement sa vitrine avec des pièces issues de son imagination, la majeure partie de son travail consiste à faire du sur-mesure. « Un bijou, c’est de l’émotionnel… Souvent, la personne a une idée très précise en tête, mais éprouve des difficultés à la décrire. C’est la raison pour laquelle il est impératif de se rencontrer. Je dois la sonder et l’orienter en lui demandant le plus de détails possible. Le pire des cas pour moi, c’est quand on me dit « faites comme vous voulez ». Mais petit à petit, j’apprends à me faire confiance et ça marche ! ». Bien que ses créations soient des pièces uniques faites à la main, la jeune créatrice tient à ce que ses prix restent accessibles.

Maeva Reymond a fait de sa passion son travail ; peu de gens peuvent en dire autant. Elle aime le contact avec les gens et se rend toujours disponible pour le service après-vente, tout en veillant précieusement à ce que son bijou à elle, sa passion, reste intact.

Devanture de La Bouterolle, création de bijoux à la Vallée de Joux

OÙ ?

La Bouterolle
Sur-les-Quais 17
1342 Le Pont
Vaud – Suisse

  • Les Choeurs d'Hommes à la Vallée de Joux. Chorale du Brassus et de L'Orient
    Les Chants de la Vallée de Joux

    Qui l’eût cru ? Dans la Vallée de Joux, un endroit bien isolé, ce pays de loups où peu osent s’aventurer sur les cols enneigés, on dénombre pas moins de 180 sociétés. Comment un bassin de 6’000 habitants peut-il s’enorgueillir d’avoir autant de sociétés actives, le plaçant au niveau des plus grandes capitales européennes ?

  • Fromagerie du Creux du Feu
    Fromagerie le Creux du Feu : le fromage aux Petits Plats

    Aux confins de la Vallée de Joux, aux abords de la frontière franco-suisse se situe une ancienne fromagerie d’alpage du XIXe siècle. Sous le tuyé (cheminée pyramidale), le Creux du Feu a repris du service, après 70 ans de sommeil forcé. Le foyard a brûlé, les braises ont virevolté et le chant du feu crépitant […]

  • Michel Juriens, la décoration intérieure dans les gènes

    Dans un édifice datant de 1905 situé dans le village du Brassus, à la Vallée de Joux, on trouve les ateliers de Michel Juriens, décorateur intérieur. Représentant la troisième génération de l’entreprise familiale, Michel suit les pas de son grand-père et compte bien perpétuer la tradition en passant plus tard le flambeau à son fils.